Conseils de lecture

  • Monographie sur l'histoire de l'abbaye :

Histoire_de_l'abbaye_royale_de_[...]Gomo

L’historien local de la fin du XIXe siècle, Hippolyte Gomot, souhaitait décrire un triptyque des pouvoirs de la région riomoise avant la Révolution française. Ainsi, il s’intéressa aux monographies de l’abbaye de Mozac [1] et du château de Tournoël [2]. Il avait également prévu de publier une histoire de la bonne ville de Riom. Cette vision simpliste de trois pouvoirs (l’abbaye, le château et la ville) qui se sont mis en place après l’an mil permet pourtant d’approfondir son sujet.

En effet, pour l’abbaye de Mozac, dans un style romancé, il semble distinguer nettement deux périodes : une époque de vitalité et une époque de « décadence » qui bascule en 1516, c’est-à-dire à la date de l’institution de la réforme de la commende. Mais ce terme de « décadence » apparaît désormais désuet et ne correspond plus à l’exigence historiographique récente. Gomot, dans une vision partiale de l’abbaye de Mozac à l’époque moderne, ne soulève que les problèmes que l’on pourrait retrouver dans tous les monastères de cette période. Ainsi, dans son Histoire de l’abbaye de Mozac, il définit le principe même de décadence : « Quand le mal est si profond qu’il l’était dans l’abbaye de Mozac, tous les efforts pour le vaincre restent impuissants [3] ». Aujourd’hui, un tel discours nous paraît approximatif et relevant plus du préjugé historique. Il n’appréhende pas les relations avec les autorités politiques et religieuses. Il ne retient que les scandales, les procès qui ne sont souvent que le fait d’une justice et d’un contrôle clunisien ou épiscopal plus performants qu’au Moyen Âge.

Gomot est aussi un témoin de son temps pour décrire l'architecture même s'il n'est pas spécialiste. La connaissance de l'édifice et de la sculpture romane est tributaire des balbutiements des recherches en histoire de l'art au XIXe siècle.

Néanmoins, l'ouvrage a l'avantage de proposer des annexes documentaires avec les chartes, bulles et autres documents d'archives qui ont pu disparaître.

[1] Hippolyte Gomot, Histoire de l’abbaye royale de Mozat (ordre de saint Benoît), Paris, 1872.

[2] Id., Histoire du château féodal de Tournoël, Clermont-Ferrand, 1881.

[3] Id., Histoire de l’abbaye de Mozat (…), p. 170.

  • La formation du territoire de Mozac. Des limites médiévales de la justice de l’abbaye à la commune de Mozac

screenshot20210220075055.jpg

Article de Matthieu PERONA publié dans le Bulletin Historique et Scientifique de l’Auvergne, 2017, CXVIII/1, pp.101-120.

 

          Lire en ligne.

 

Résumé :

 

L'abbaye bénédictine Saint-Pierre de Mozac (Puy-de-Dôme, France), fondée à la fin du VIIe siècle, a forgé le territoire de Mozac. Rattachée à l'abbaye de Cluny en 1095 et devenue royale en 1169, l'abbaye de Mozac possédait quarante prieurés, surtout le long de la route menant à Cluny. Ce réseau de dépendances à proximité de l'abbaye a participé à déterminer les limites, face à l'émergence de la ville royale voisine de Riom et au château de Tournoël appartenant au comte d'Auvergne jusqu'en 1213.

 

En 1348, les officiers du roi de France tranchent un conflit de limites de justice entre l'abbaye de Mozac et la bonne-ville de Riom ; des bornes sont plantées à la frontière des deux entités. Cette limite demeure jusqu'à la Révolution et lors de la constitution des communes en 1790, celle-ci sera reprise. Le territoire communal de Mozac et ses délimitations actuelles dépendent donc de l'héritage de l'histoire médiévale.